chronologie-2

Quelques mots

Après avoir commencé dans l’audiovisuel et sur les plateaux de tournage, Dorothée Flageollet se tourne vers l'événementiel en dirigeant la scénographie d'un lancement presse pour une marque de cosmétique.

Après cinq années en Freelance, elle créé Atelier Octavíne en 2015.

En Octobre 2020, c'est sur plus de 180 projets qu'Atelier Octavíne est intervenue depuis sa création.

rencontre

Comment définiriez vous votre métier ?

 Faire rêver les gens pour un moment éphémère. Que ce soit pour un évènement professionnel, pour entrer dans l’univers d’un produit ou leur faire oublier leur quotidien le temps d’une soirée.

Lors de quels évènements les parisiens ont pu voir votre travail ?
J’ai commencé dans le milieu de l’audiovisuel pour des clips, des publicités et courts métrages. Ensuite on m’a fait confiance pour un premier projet dans les cosmétiques de luxe qui m’a permis de me faire connaitre auprès des organisateurs de soirées parisiennes telles que Le Bal masqué de Marc Dorcel, Les Ambassadeurs ou encore le festival Marvellous Island pour lequel je gère la scénographie depuis 5 ans. Par ailleurs, je travaille aussi pour des lancements presse, des bars éphémères , des pop ups store ou encore des événements privés.

Racontez nous votre semaine type.
Cette semaine, par exemple,  j’ai partagé mon temps entre la rédaction de Mood boards (cahiers de tendance) dans mon atelier, le repérage d’un événement pour une célèbre marque de spiritueux et demandé des devis pour 2000 roses blanches pour un shooting la semaine prochaine. Sans oublier de préparer le matériel pour une soirée dans une boite de nuit ce weekend !

Quelles sont les différentes étapes de réalisation de vos projets ?
Tout commence par le brief du client. Puis je me laisse quelques jours pour faire monter l’inspiration et je commence à créer le moodboard. Lorsque celui -ci est validé, je lance le process: constituer une équipe, appeler des prestataires (menuisier, peintre…), gérer les budgets et la logistique pour le montage qui est souvent réalisé en une journée.

Dans vos rêves les plus fous, qu’aimeriez vous décorer ?
Je rêverais de faire la direction artistique d’un parc à thèmes dont l’attraction principale serait une maison hantée qui reprendrait les décors des films d’horreur les plus marquants du cinéma type la moquette des couloirs de ‘Shining’ avec des hologrammes des jumelles et de Jack Nicholson.

Comment voyez-vous l’évolution de votre activité ?
De plus en plus de projets autour des plantes et des fleurs. Et une ouverture dans le milieu des défilés, un univers riche en création qui m’attire depuis longtemps.

Rencontre avec Dorothée Flageollet, la fondatrice.

Interview pour Deal-Trotteur

© photo : Marie Genin

capture-decran-2018-01-12-a-11.08.12
trait

parutions

nous Contacter